Règles d'usage

Maîtriser les règles du français et demeurer à la fine pointe de l’usage correct n’est pas une mince tâche, car les pièges sont nombreux. C’est particulièrement vrai lorsque le milieu de travail est bilingue et que les communications passent fréquemment d’une langue à l’autre.

Afin d’aider les gens d’affaires à rédiger plus facilement leurs documents, nous avons regroupé dans cette page une cinquantaine de règles d’usage qui sont extraites de l’excellent logiciel Antidote, de notre partenaire Druide informatique.

Définition

Un anglicisme est un emprunt (mot, forme ou sens de mot, expression, construction) que fait le français à la langue anglaise.
 
Les anglicismes sont nombreux en raison de la forte influence qu’exerce l’anglais dans le monde contemporain. Certains, ancrés depuis longtemps dans l’usage de tous les francophones, sont corrects (waterpolo, cowboy). D’autres, moins justifiés, sont critiqués.
 
Parmi les anglicismes critiqués, on trouve :
  1. Des emprunts directs désignant des notions pour lesquelles le français possède ses propres mots.
joint venture coentreprise, entreprise en participation
knowhow
savoir-faire
traveller’s chèque
chèque de voyage
 
  1. Des mots anglais dont la graphie ou la prononciation s’intègre mal dans le système écrit ou phonétique de la langue française. Leur forme a parfois été francisée.
beefsteak bifteck
bug
bogue
scanner
scanneur
 
  1. Des calques, c’est-à-dire des traductions littérales d’expressions ou de constructions anglaises. Le français dispose souvent d’une expression ou d’une construction qui lui est propre pour exprimer la même chose.
rencontrer ses objectifs atteindre ses objectifs
prendre une chance
courir le risque, tenter sa chance
la nouvelle à l’effet que…
la nouvelle voulant que…
 
  1. Des faux amis (ou anglicismes sémantiques).
 
Voir aussi…
 
Vous pouvez laisser un commentaire en cliquant ici.
Recherche de membres
BL
Basses -
Laurentides
Image2
Laval
Image3
Montréal
Image4
Rive-Sud