Règles d'usage

Maîtriser les règles du français et demeurer à la fine pointe de l’usage correct n’est pas une mince tâche, car les pièges sont nombreux. C’est particulièrement vrai lorsque le milieu de travail est bilingue et que les communications passent fréquemment d’une langue à l’autre.

Afin d’aider les gens d’affaires à rédiger plus facilement leurs documents, nous avons regroupé dans cette page une cinquantaine de règles d’usage qui sont extraites de l’excellent logiciel Antidote, de notre partenaire Druide informatique.

Pléonasme

Un pléonasme consiste à employer, dans une même phrase, une expression dont le sens est déjà impliqué par un autre mot, causant ainsi une répétition de sens.


Pléonasme inconscient

Un pléonasme qui n’ajoute rien à l’énoncé et ne vise aucun effet particulier est qualifié d’inconscient ou de vicieux ; on l’appelle aussi périssologie. Ce type de pléonasme s’oppose au pléonasme dit volontaire (voir plus bas).
 
D’un seul regard, ce grand géant pouvait embrasser toute la vallée.
C’est évident qu’un géant est grand ; on dira donc : ce géant, simplement.
Le géant aperçut une petite maisonnette juchée sur une colline avoisinante.
Le sens de petite est inclus dans le sens de maisonnette ; on dira donc : une maisonnette, simplement.
La terre trembla terriblement quand le géant recula en arrière.
On recule nécessairement en arrière ; on dira donc : le géant recula, simplement.
Voici en vrac quelques pléonasmes fréquents :
 
adjonction supplémentaire
ainsi par exemple
car en effet
descendre en bas
hasard imprévu
monopole/apanage exclusif
monter en haut
panacée universelle
permettre de pouvoir
petit nain
pléonasme redondant
pouvoir facultativement
première priorité
prévoir à l’avance
répéter de nouveau
se réunir ensemble
sortir dehors
suivre derrière
tous sont unanimes, 
etc.

Pléonasme volontaire

On peut utiliser consciemment une formulation redondante pour obtenir un effet d’insistance ou de renforcement. Dans ce cas, le pléonasme est acceptable.
Cette nuit, j’ai vu de mes yeux Roland qui déambulait dans le parc.
C’est toujours avec les yeux que l’on voit ; voir de ses yeux est donc une expression redondante. Cette redondance est voulue ici pour renforcer le fait d’avoir vu ; c’est un effet de style correct.
Vous pouvez laisser un commentaire en cliquant ici.
Recherche de membres
BL
Basses -
Laurentides
Image2
Laval
Image3
Montréal
Image4
Rive-Sud