Règles d'usage

Maîtriser les règles du français et demeurer à la fine pointe de l’usage correct n’est pas une mince tâche, car les pièges sont nombreux. C’est particulièrement vrai lorsque le milieu de travail est bilingue et que les communications passent fréquemment d’une langue à l’autre.

Afin d’aider les gens d’affaires à rédiger plus facilement leurs documents, nous avons regroupé dans cette page une cinquantaine de règles d’usage qui sont extraites de l’excellent logiciel Antidote, de notre partenaire Druide informatique.

Trait d’union

Le trait d’union, à ne pas confondre avec le tiret, est un signe servant à établir une unité lexicale ou grammaticale entre les éléments qu’il relie.
 

Le trait d’union établit une unité lexicale

  • Pour former un nom composé à partir d’éléments dont au moins un change de catégorie ;
Préposition + nom
un sans-abri
un après-midi

Verbe + complément
un porte-avions
un lave-vaisselle

Autres
un chou-fleur
un face-à-face
un timbre-poste
un va-et-vient
là-dessus
  • Pour composer des mots figés dont le sens n’est pas la simple somme du sens des éléments, ce qui permet de distinguer des expressions homonymes ;
Un grand-père n’est pas un grand père.
Un pied-de-biche n’est pas un pied de biche.
Atterrir sur-le-champ n’est pas atterrir sur le champ.
  • Pour réunir les éléments d’une expression empruntée à une autre langue ;
un boy-scout
un hara-kiri
  • Le trait d’union sert parfois à former une apposition attachée ;
un aide-menuisier
un emballage-cadeau
une position-clé
  • Parfois, pour obtenir un effet plaisant, on réunit par des traits d’union les éléments d’un syntagme libre ;
J’ai encore croisé le monsieur-à-la-moustache-qui-parle-tout-seul.
  • On l’utilise parfois pour séparer les éléments d’un mot pour mettre l’accent sur son sens original, étymologique.
L’être humain a toujours cherché à com-prendre ce qui l’entoure.

Remarque. — Les rectifications de l’orthographe recommandent la soudure de plusieurs mots composés.



Le trait d’union établit une unité grammaticale

  • Entre un verbe et son sujet inversé sous forme de pronom ;
dit-elle, devrais-je, est-il, est-ce, devrait-ce
  • Entre un verbe à l’impératif et son complément sous forme de pronom conjoint ;
Prends-le.
Donne-la-moi.
  • Entre un pronom personnel et l’adjectif même ;
Je le ferai moi-même.
  • Entre un pronom démonstratif ou un nom précédé du déterminant démonstratif et les particules adverbiales -ci et -là ;
celle-ci, celui-là, cette robe-ci, ces chaussures-là
  • Dans la formation de certains numéraux composés ;
trente-neuf
quatre-vingt-quinze
Remarque. — Les rectifications de l’orthographe recommandent le trait d’union entre toutes les composantes d’un nombre complexe.
  • Dans la formation de certains adjectifs combinés de couleur ;
des yeux bleu-vert
  • Parfois dans le rôle d’une préposition ou d’une conjonction.
la période 1918-1940
la finale Italie-Brésil
le duo comique Laurel-Hardy
Vous pouvez laisser un commentaire en cliquant ici.
Recherche de membres
BL
Basses -
Laurentides
Image2
Laval
Image3
Montréal
Image4
Rive-Sud